Primitive I Moulin des Ribes

Dans le cadre du projet du Moulin des Ribes, PES a choisi de questionner l’usage et la forme que peuvent prendre les espaces de résidence d’artistes.

Il est courant de constater qu’en terme de « résidence », la chambre se trouve dissociée de l’espace atelier, dont l’imaginaire fait référence à la « whitebox » des espaces de galerie.
L’espace en question est souvent ascétique, voire austère, comportant peu de mobilier et devant laisser la place au travail de l’artiste.

La chambre, quand à elle, enfant pauvre de la résidence, est reléguée à son statut d’espace de sommeil et de détente. Elle n’est considérée que très rarement comme un outil complémentaire de réflexion et de travail pour l’artiste. Pourtant, sa disposition à engendrer des moments de repos et de rêverie féconds la prédispose à occuper un espace/temps plus important dans la vie et le travail de l’artiste.

Dans ce cadre, le studio a choisi d’élaborer un espace ou la chambre devient une prolongation de l’atelier pour faciliter l’émergence des idées et le déploiement de l’imaginaire des résidents.
A l’opposé de l’espace blanc des galeries, la chambre s’affirme comme un révélateur des idées, des matières et des couleurs par un parti pris chromatique à dominante noire, couleur de la nuit, et dont la caractéristique première est de n’émettre ou refléter qu’une part négligeable du spectre de la couleur visible et ainsi sublimer et renforcer tout ce qui s’en approche.

Le choix de la matière première dominante, le liège naturel noir, au delà de sa correspondance avec notre parti pris chromatique, permet au résident de bénéficier des multiples propriétés de ce matériau et de privilégier une production locale du Var.
Par la diversité de ses surfaces, le liège se présente comme un outil remarquablement facilitateur de création et d’affichage des idées du résident.

Par ses caractéristiques de tendresse et d’isolation, le liège permet l’aménagement d’un espace accueillant et confortable.
Par ses performances de résistance et de malléabilité, le liège permet le travail des formes et des volumes.
Il nous a, ainsi, permis de concevoir les mobiliers venant structurer la chambre.

Les mobiliers, sur-mesure, apportent une flexibilité des usages, en situation de travail ou de repos. Ils renforcent l’identité forte de l’espace, à la fois par son esthétique brute monacale et l’atmosphère chaleureuse du lieu, telle que l’on peut la retrouver dans les films de Tim Burton.

La chambre, ainsi réinterprétée, devient un espace à part entière de la résidence. Lieu de repos et de ressourcement mais également espace de réflexion, offrant d’autres outils et d’autres usages à l’atelier et vecteur complémentaire de la créativité du résident.

Information
Category:

Design, Espace

Date:

23 octobre 2017